Lieux & festivals

Festival

Les Giboulées - Biennale internationale Corps-Objet-Image

Les Giboulées fêtent leurs 40 ans.


 


Cette longue histoire témoigne de l’immense mutation des arts de la marionnette contemporaine, élargissant sans cesse leurs définitions : théâtres de matière, d’objet, de figure ou de marionnette, en lien régulier avec les arts du texte, de l’espace, du corps et de l’image.
Ce que partagent les spectacles réunis ici est surtout la faculté de faire jouer et se rencontrer les formes : éloge de l’interaction dans l’étonnement du montage et de la composition. Ces spectacles sont hybrides et rarement répertoriés mais ils ne s’en vantent jamais. Ils avancent en creux, dans les interstices où la pensée et l’imagination
jaillissent et nous élèvent dans notre humanité.
Dans un monde où les repères manquent, régi trop souvent par la peur et le repli sur soi, ces artistes ne donnent pas de leçons faciles. Ils exposent l’humain dans sa complexité, ils proposent d’autres jalons, sensibles et ouverts par la force de la suggestion. Car ces œuvres restent ouvertes, elles ne nous disent jamais ce que l’on doit penser. Elles font confiance à notre capacité d’interprèter et avivent notre désir de ce que l’on ne connaît pas encore.


 


Les Giboulées 2016 seront donc une fête. De l’installation fragile et aérienne de Magali Rousseau aux corps virtuoses des acrobates d’Aurélien Bory, nous assisterons à destentatives de déjouer la gravité. Nous rencontrerons aussi de grandes figures de la relation corps-objet, Josef Nadj et Claire Heggen. Nous croiserons les dernières nou- veautés des pionniers de la marionnette contemporaine, Ulrike Quade, Gisèle Vienne, David Girondin Moab, Élise Vigneron, Éric Deniaud, Aurélie Morin, Patrick Sims ou Catherine Sombsthay. Nous nous risquerons aux rituels chamaniques inclassables de Nick Steur, de Vania Vaneau ou de Tim Spooner.
Aux Giboulées, les générations se croisent et se nourissent les unes les autres. Les infatigables Padox des Houdart-Heuclin interrogeront la figure même de l’étranger en arpentant les espaces publics autour du festival. Alors que Pierre Meunier et Marguerite Bordat reviendront, entourés cette fois des élèves de l’École de la marionnette de Stuttgart pour achever de détruire tous nos préjugés.



Dans une production inédite entre le TJP, la Filature et le Théâtre de Freiburg, le texte d’Alexandra Badéa, Je te regarde, entremêlera acteurs et marionnettes, mondes virtuels et relations concrètes.


L’édition 2016 des Giboulées sera particulièrement riche de nombreuses créations. Elle se déploiera sur dix lieux partenaires de l’Eurométropole avec, pour foyer, la Petite Scène où nous vous réserverons quelques surprises nocturnes. Laissez-vous donc guider dans ce bouillonnement printanier : nous sommes heureux et impatients de vous accueillir avec en guise d’ouverture la création de Milieu, un impromptu que je vous prépare spécialement.
 


RENAUD HERBIN


Programmation complète prochainement disponible sur www.tjp-strasbourg.com


RENSEIGNEMENTS & RÉSERVATIONS



TJP / 1 rue du pont Saint-Martin - Strasbourg
03 88 35 70 10



reservation@tjp-strasbourg.com



Billetterie en ligne
billetterie.tjp-strasbourg.com

Coordonnees

67000 Strasbourg

http://www.tjp-strasbourg.com


Les Giboulées - Biennale internationale Corps-Objet-Image - Edition 2018

Direction artistique : Renaud Herbin

Strasbourg - 16-24/03/2018

Programmation

Les Giboulées - Biennale internationale Corps-Objet-Image  - nous offre une plongée dans la richesse de l’univers de la marionnette contemporaine. Les formes sont multiples et inventives, les formats parfois courts et intimistes convoquant tantôt matière ; tantôt marionnette, toujours à la frontière du vivant. L'objet et le corps s'empruntent l'un l'autre, se prolongent, se morcellent, se reconstituent à loisir. 


Les Giboulées - Biennale internationale Corps-Objet-Image - Edition 2016

Strasbourg - 11-19/03/2016

Programmation

Les Giboulées fêtent leurs 40 ans.


 


Cette longue histoire témoigne de l’immense mutation des arts de la marionnette contemporaine, élargissant sans cesse leurs définitions : théâtres de matière, d’objet, de figure ou de marionnette, en lien régulier avec les arts du texte, de l’espace, du corps et de l’image.
Ce que partagent les spectacles réunis ici est surtout la faculté de faire jouer et se rencontrer les formes : éloge de l’interaction dans l’étonnement du montage et de la composition. Ces spectacles sont hybrides et rarement répertoriés mais ils ne s’en vantent jamais. Ils avancent en creux, dans les interstices où la pensée et l’imagination
jaillissent et nous élèvent dans notre humanité.
Dans un monde où les repères manquent, régi trop souvent par la peur et le repli sur soi, ces artistes ne donnent pas de leçons faciles. Ils exposent l’humain dans sa complexité, ils proposent d’autres jalons, sensibles et ouverts par la force de la suggestion. Car ces œuvres restent ouvertes, elles ne nous disent jamais ce que l’on doit penser. Elles font confiance à notre capacité d’interprèter et avivent notre désir de ce que l’on ne connaît pas encore.


 


Les Giboulées 2016 seront donc une fête. De l’installation fragile et aérienne de Magali Rousseau aux corps virtuoses des acrobates d’Aurélien Bory, nous assisterons à destentatives de déjouer la gravité. Nous rencontrerons aussi de grandes figures de la relation corps-objet, Josef Nadj et Claire Heggen. Nous croiserons les dernières nou- veautés des pionniers de la marionnette contemporaine, Ulrike Quade, Gisèle Vienne, David Girondin Moab, Élise Vigneron, Éric Deniaud, Aurélie Morin, Patrick Sims ou Catherine Sombsthay. Nous nous risquerons aux rituels chamaniques inclassables de Nick Steur, de Vania Vaneau ou de Tim Spooner.
Aux Giboulées, les générations se croisent et se nourissent les unes les autres. Les infatigables Padox des Houdart-Heuclin interrogeront la figure même de l’étranger en arpentant les espaces publics autour du festival. Alors que Pierre Meunier et Marguerite Bordat reviendront, entourés cette fois des élèves de l’École de la marionnette de Stuttgart pour achever de détruire tous nos préjugés.



Dans une production inédite entre le TJP, la Filature et le Théâtre de Freiburg, le texte d’Alexandra Badéa, Je te regarde, entremêlera acteurs et marionnettes, mondes virtuels et relations concrètes.


L’édition 2016 des Giboulées sera particulièrement riche de nombreuses créations. Elle se déploiera sur dix lieux partenaires de l’Eurométropole avec, pour foyer, la Petite Scène où nous vous réserverons quelques surprises nocturnes. Laissez-vous donc guider dans ce bouillonnement printanier : nous sommes heureux et impatients de vous accueillir avec en guise d’ouverture la création de Milieu, un impromptu que je vous prépare spécialement.
 


RENAUD HERBIN


Programmation complète prochainement disponible sur www.tjp-strasbourg.com


RENSEIGNEMENTS & RÉSERVATIONS



TJP / 1 rue du pont Saint-Martin - Strasbourg
03 88 35 70 10



reservation@tjp-strasbourg.com



Billetterie en ligne
billetterie.tjp-strasbourg.com