Création artistique

Spectacle

Pygmalion

TJP - Centre Dramatique National Strasbourg - Grand Est

Auteur : Renaud Herbin

Mise en scène : Renaud Herbin

Un homme face à la matière à sculpter, un homme au travail, donne naissance à forme humaine,reconnaissable et désirable.

Basé sur le mythe de Pygmalion, ce spectacle court à l’échelle des marionnettes évoque la naissance du vivant et sa disparition : séparation avec l’objet de désir et mise en abyme d’un autre pour conjurer la mort.

L’histoire de Pygmalion pourrait être un préliminaire à toutes les autres métamorphoses, car elle raconte l’origine du vivant et l’espacement entre la matière
et sa transformation en tant qu’objet animé. Pygmalion occupe une place très spéciale dans la longue liste des métamorphoses d’Ovide.

Pour la plupart d’entre elles, il s’agit de dieux changés en animaux pour approcher un humain, d’humains changés en cerf, laurier ou pierre,
après avoir offensé une divinité. Dans Pygmalion, il n’y a pas de changement d’espèce. La métamorphose semble minime en apparence : l’ivoire était déjà presque vivante par le travail du sculpteur, et les dieux, en l’occurrence Vénus, n’ont offert que le passage de l’inerte au vivant.

Pygmalion Miniature ou la naissance de l’illusion.
L’histoire de Pygmalion est celle d’un égarement, une métamorphose, fruit d’un amour impossible. Le désir y est source de croyance (belle
et dérisoire face une image perçue comme existante), si intense que le fantasme devient réalité.

L’intimité de la relation nait entre Pygmalion et sa sculpture par le toucher, le voir, la contemplation. Par palpation, il finit par lui donner souffle. Voulant y croire, ne croyant pas ce qu’il voit, finissant par admettre que son voeu est exhaussé.

Pygmalion, c’est aussi l’origine du désir d’altérité, la possibilité de créer une forme de toute pièce. Un Autre à modeler en trois dimensions
(que l’on peut toucher, contrairement à l’image miroir de Narcisse qui ne rencontrera pas la même clémence des dieux) : source de confusion
entre le vrai et le faux.



Diffusion

18-20/04/2014 - Grand-Est