Les Laboratoires Marionnettiques 2020

Les Laboratoires Marionnettiques 2020

Préparer l’avenir

L’Assemblée Générale 2018 de THEMAA a été le point de départ d’un pari : les Laboratoires Marionnettiques 2020.

Accepter le déplacement et l’inconfort ; rechercher la prise de risque et le déséquilibre ; s’autoriser l’erreur pour mieux inventer : voilà les principes de l’expérimentation que nous appliquerons avec ces Laboratoires à l’ensemble de notre démarche associative.

Nous privilégierons les transversalités et le décloisonnement, nous convoquerons l’altérité. Pour inspirer nos « ici », nous explorerons les « ailleurs » : spatiaux, temporels, sectoriels. Pour préparer l’avenir, nous prendrons appui sur le passé (les évolutions observées depuis 20 ans), le présent (les constats, les mutations en cours) et les futurs possibles (la prospective).

Les Laboratoires Marionnettiques 2020 aborderont des thématiques choisies ensemble et se déploieront en ateliers, chantiers, rencontres  qui permettront d’expérimenter des modalités de réflexion, de partage, d’action. Avec pour objectif d’œuvrer, à la fois en tant que forces de proposition et moteurs de mise en œuvre, à la consolidation et au développement et des arts de la marionnette.

Laboratoires Marionnettiques 2020, kezako ?

L’Assemblée Générale 2018 de THEMAA a été l’occasion d’une toute première présentation des Laboratoires, dans leurs grands principes. Ci-dessous, le support de présentation utilisé (une présentation zoomée que vous pouvez activer, puis visualiser à l’aide des flèches en bas de fenêtre), suivi du texte de présentation.

Les arts de la marionnette ont atteint une maturité (« qui s’ignore », parfois) : la diversité de la création, la reconnaissance institutionnelle en sont les démonstrations les plus manifestes. La marionnette est bien mieux prise en compte par les politiques publiques, où la labellisation réclamée par le secteur prend corps, où des SODAM sont en gestation, où les partenariats avec les plus grandes institutions sont devenus naturels…

Néanmoins le contexte (économique, politique, territorial… ) est complexe et en mutation. Et les fragilités demeurent : moyens encore insuffisants pour des structures précaires ; nécessité de mieux valoriser l’inventivité et la créativité du secteur, qui se déploient sur des initiatives tant artistiques que professionnelles. Les arts de la marionnette, en mesure aujourd‘hui – de par leur maturité – de se projeter dans l’avenir, doivent formaliser la prise en main de leur devenir.

Préparons l’avenir !

C’est désormais le mot d’ordre de THEMAA. Pour oeuvrer au développement et au futur des arts de la marionnette, l’association se dote d’un projet politique nommé Laboratoires marionnettiques 2020. Les adhérents n’ont pas oublié qu’en 2017, nous parlions de Saisons 2 de la marionnette, dans le prolongement des Saisons de la marionnette 2007-2010. En 2018, alors que de nombreuses avancées ont été obtenus par le secteur, et à l’heure où se concrétise la création du label national des Centres Nationaux de la Marionnette, nous souhaitons fonder note action sur un élan nouveau :

  • non seulement revendiquer, non seulement démontrer, mais aussi et surtout faire : nous serons à la fois force de proposition et moteur de mise en œuvre – de principes, d’outils, de tentatives
  • ne pas se répéter : nous nous proclamons Laboratoire permanent;
  • s’inspirer de la différence, des expérimentations déjà menées;
  • explorer les ailleurs, spatiaux, temporels, paradigmatiques;
  • agir en transversalité et ouverture;
  • prendre en compte les mutations en cours, prendre appui sur le(s) changement(s) à l’oeuvre;
  • se donner les moyens de continuer d’inventer et d’expérimenter.

Si les notions de laboratoire et d’expérimentation renvoient spontanément à la démarche artistique, y compris au sein de THEMAA (qui a développé ses Laboratoires artistiques dans le cadre de ses Rencontres Nationales), nous prenons ici le parti d’appliquer les principes de l’expérimentation à l’ensemble du projet associatif et du projet politique de THEMAA,

  • en ayant recours au(x) déséquilibre(s);
  • en pratiquant le(s) déplacement(s);
  • en acceptant le doute, la prise de risque et l’échec;
  • en choisissant « d’avancer en marchant », c’est à dire d’écrire le projet, au fur et à mesure de ses avancées et de ses enseignement.

Concrètement ? Les Laboratoires seront construits progressivement, et collectivement : choix des thématiques, invitation de partenaires, actions prioritaires…  Des ateliers, des chantiers, des rencontres permettront d’expérimenter des modalités de réflexion, de partage, de travail.

Introduction aux laboratoires

Parmi les premiers déplacements qui seront proposés par les Laboratoires : le recours à la démarche prospective. « Que veut-on pour les arts de la marionnette dans 10, 20 ou 30 ans ? Comment faire pour y arriver ? »

Au delà de la prise en compte des simples perspectives, et sans bien sûr prétendre « prévoir » l’avenir, l’approche prospective propose d’élaborer, sur la base des connaissances détenues, des scénarios possibles d’évolution du réel de façon à pouvoir favoriser les scénarios les plus favorables, en se donnant les moyens d’agir (prospective stratégique).

En attendant ces premières expérimentations, nous avons en une sorte d’avant-goût, proposé  lors de l’Assemblée Générale 2018 de THEMAA des Ateliers-Laboratoires, en choisissant une entrée par contre-point. Avec l’atelier  « Quels arts de la marionnette en 2040 ? Approche dystopique » nous avons demandé aux participants :« Vous êtes en 2040. Quel est, selon votre pire cauchemar, l’état du monde de la marionnette ? ». Avec « En finir avec…» la mise en jeu était : « Y’en a marre !! Pour permettre aux arts de la marionnette de se déployer pleinement, il faut absolument en finir avec…»

Pour jeter un oeil aux protocoles de « jeu » et aux productions de ces premiers ateliers, c’est ici !